ERS-1 photographed by SPOT-4

Allen Thomson (thomsona@dzn.com)
Wed, 2 Sep 1998 17:36:09 -0600

The Aug 31-Sept 6 1998 issue of Space News has a newsbite on page 16 showing
a picture of ERS-1 taken by SPOT-4 from a distnace of  41 km.  A quick Web
search turned up a CNES page, http://www.cnes.fr/actualites/index.html ,
that has more details, as well as a .jpg of the picture.

>From the CNES page,
Une première dans l’histoire de l’observation spatiale : le Centre National
d’Etudes Spatiales (CNES) a réalisé une prise de vue spectaculaire du
satellite européen ERS-1 grâce à SPOT4, le plus récent satellite d’
observation optique de la famille SPOT, lancé le 24 mars 1998 .

 Les conditions de prise de vue ont été calculées au CNES , ce qui a
nécessité une parfaite connaissance de la position des satellites. L’orbite
de SPOT4 est connue grâce aux moyens du centre de maintien à poste des
satellites SPOT au CNES/Toulouse, celle d’ERS-1 a été fournie par le centre
de l’ESA/ESOC/Darmstadt qui contrôle ce satellite. Les télescopes de SPOT4,
grâce à leur miroir de visée latérale, ont permis de prendre cette image le
6 mai 1998 à 9h56 TU au dessus du désert du Ténéré (Niger).

 Depuis son orbite à 820 km d’altitude, SPOT4 est conçu pour distinguer des
détails de 10 mètres sur des paysages terrestres qui défilent à 24000 km/h.
ERS-1 parcourt une orbite qui passe 41 km sous celle de SPOT ; cette
proximité permet à SPOT4 de distinguer sur ERS-1 des détails de 50 cm. En
revanche, volant plus bas, ERS-1 est plus rapide et double SPOT4 à la
vitesse relative d’environ 250 km/h. Ces conditions de prise de vue
exceptionnelles expliquent la forte déformation de l’image brute (18
colonnes x 125 lignes). Le traitement approprié que le CNES a appliqué à
cette image a permis de retrouver l’aspect normal d’ERS-1.


The  "première dans l’histoire de l’observation spatiale"  probably isn't,
as there have been reports for many years that US spysats have performed
such tricks, notably in the case of STS-1. But this is the first open and
confirmed example of such satellite-to-satellite imagery that I know of
(other than in rendezvous, of course).